background
Accueil Nous joindre English
Accueil Mots de Julie Célébrons nos vedettes québécoises!

Les mots de Julie

Célébrons nos vedettes québécoises!

Partager »
Célébrons nos vedettes québécoises!

En ce mois de la Fête de la Saint-Jean, profitez-en pour encourager les producteurs québécois. Consommez plus de fruits et légumes cultivés ici et réjouissez-vous de produits super frais et savoureux!

 

Allez hop, un p’tit tour au marché!

Au Québec, la production de fruits et de légumes est grandement diversifiée. Quoi de plus agréable que de circuler parmi les allées des marchés extérieurs pour admirer la gamme variée de couleurs et garnir notre nez d’odeurs alléchantes. Cet été, prenez donc le temps de découvrir en famille les marchés extérieurs, de plus en plus nombreux dans la province. N’hésitez pas à piquer des jasettes avec les producteurs qui se feront un bonheur de partager avec vous des informations sur la culture, des idées de recettes pour apprêter nos vedettes québécoises, des trucs de conservation, etc. Ce sont des gens passionnés et passionnants qui inspireront petits et grands!

 

Votre fermier de famille

Saviez-vous qu’il est possible de recevoir à chaque semaine, ou selon l’échéancier choisi, des paniers de fruits et légumes locaux, souvent biologiques? Ces fermiers livrent directement à votre domicile ou à des points de cueillette spécifiques. Comme l’offre est parfois moins familière (ex. rapini, bette à carde, tomate noire), c’est l’occasion parfaite pour faire de belles découvertes. La fraîcheur est toujours au rendez-vous puisque les végétaux sont souvent récoltés la journée même ou la veille. Certaines fermes offrent des paniers à longueur d’année, en plus d’avoir un catalogue varié de produits (ex. œufs, pains, herbes fraîches). Cette façon de consommer des fruits et légumes contribue à assurer notre souveraineté alimentaire et fait rouler l’économie de nos communautés. De plus, on encourage la relève puisque de plus en plus d’agriculteurs sont de jeunes adultes. Pour en savoir plus, visitez : equiterre.org, lufa.com ou jardindesanges.com.

 

Les récoltes de juin: asperge, brocoli, bette à carde, carotte de couleur, chicorée, betterave, chou-fleur, concombre de champ, épinards, fines herbes, fraises, laitues Boston, laitue romaine, oignon vert, persil, rabiole, radis en guilles, rhubarbe. 

Vedette # 1 : l’ail

Depuis toujours, on attribue à l’ail différentes vertus. Près de 3000 ans avant Jésus-Christ, on gavait d’ail les ouvriers engagés dans la construction des pyramides et temples d’Égypte pour leur donner plus de vigueur. Au temps des premiers Jeux olympiques, les Grecs utilisaient l’ail et l’oignon pour fortifier leurs athlètes. Même si l’ail n’est pas reconnu comme un « stéroïde » d’un point de vue scientifique, il représente un aromate costaud pour relever la saveur des plats!

 

Saviez-vous que depuis 1995, l’ail des bois bénéficie, à titre d’espèce vulnérable, d’une protection juridique au Québec? Dues à des cueillettes intensives dans les années 1970 et 1980, l’ail des bois est presque disparu de la flore québécoise. Par conséquent, son commerce est désormais interdit et seule la récolte en petite quantité, en dehors des milieux protégés, est permise : maximum 50 bulbes par personne par année.

 

Quand : Mi-juillet à la mi-novembre

 

Pourquoi : Même si les bienfaits de l’ail sur les maladies cardiovasculaires sont controversés, cet aromate demeure définitivement un aliment gagnant pour rehausser la saveur des plats et du coup, réduire l’ajout de sel. Et retenez que plus l’ail est haché finement, plus il dégage de saveur!

 

Comment conserver : L’ail se conserve dans un endroit sec, frais et bien aéré comme sur le comptoir de la cuisine ou dans une chambre froide. On évite de couvrir l’ail car elle nécessite beaucoup d’air pour respirer et se conserver. On évite aussi le frigo parce que l’ail va germer et se déshydrater. Pour l’ail en tresse, on la conserve plusieurs mois, suspendue dans la cuisine. On évite les rayons de soleil qui déshydrateront le légume. Enfin, on peut aussi congeler l’ail. Et oui, l’ail se congèle pendant deux mois! On pèle et place l’ail dans un contenant hermétique. Pour minimiser les pertes de goût, on peut aussi hacher finement l’ail et le conserver dans un contenant d’huile, bien fermé, au congélateur.

 

Vedette # 2 : La bette à carde 

Au cours du mois de juin, la bette à carde du Québec apparaît sur les étalages. Il s’agit d’un légume peu connu au Québec mais fort populaire depuis des siècles en Méditerranée, notamment dans la cuisine italienne. La bette à carde offre deux légumes en un : il y a d’abord les feuilles, qui ressemblent à de grosses feuilles d’épinards puis, les longues tiges qui sont croustillantes. Selon les variétés, ces dernières sont blanches, rouges ou jaunes éclatantes. Côté saveur, les tiges plus colorées sont plus sucrées alors que les feuilles ont une saveur douce semblable aux épinards.

Les feuilles peuvent être consommées crues ou cuites, dans les salades, pâtes, soupes et risottos ou tout simplement comme légume d’accompagnement sautées avec de l’ail et de l’huile. Comme plat principal, vous pouvez blanchir les feuilles et les farcir de veau haché et de riz cuit, de tomates en dés, de fromage parmesan et de basilic frais. Ensuite, vous les placez au four pour quelques minutes… un pur délice! Cuisinez les tiges comme les asperges et servez-les dans les sautés ou tout simplement comme légumes d’accompagnement, nappées d’huile d’olive et de vinaigre balsamique.

 

Quand : Mi-juin à la mi-octobre

Pourquoi : La bette à carde est très riche en minéraux comme le fer et le magnésium. Elle constitue également une excellente source de vitamine A, d’acide folique et de vitamine C, sans oublier sa richesse en fibres alimentaires.

Comment conserver : Séparez les feuilles des tiges et placer dans un sac troué au réfrigérateur. La bette se conserve ainsi jusqu'à 5 jours.

Vedettes # 3 : Les petits fruits

L’été, c’est la saison par excellence pour savourer les petits fruits de chez nous. Fraises, framboises et bleuets ont tout pour plaire : ils sont beaux, bons au goût et bons pour la santé. Naturellement sucrés, ils se faufilent à merveille dans une multitude de plats : smoothies, muffins, yogourts, salades de fruits et salades vertes, tartes et croustades, etc. Par contre, rien ne vaut une bonne poignée de petits fruits parfumés, consommés au naturel !

 

Quand : Fraises : Mi-juin à la mi-octobre pour les fraises, Framboises : Juillet à la mi-octobre pour les framboises, Bleuets : Août

 

Comment conserver : Fragiles et sensibles à la chaleur, les fraises et les framboises du Québec se conservent 2-3 jours au réfrigérateur. Pour les bleuets, calculez près d’une semaine. Pour congeler les petits fruits, les étendre sur une plaque à biscuits et placer au congélateur. Une fois bien congelés, déposez les fruits dans des sacs hermétiques puis remettre au congélateur. À noter que les fraises doivent préalablement être lavées, équeutées et séchées naturellement avant la congélation.

Pourquoi : Les petits fruits figurent au top de plusieurs palmarès en termes de fruits les plus antioxydants. Ils aident ainsi le corps à lutter contre de nombreuses maladies reliées au vieillissement comme les maladies du cœur et certains types de cancers. En plus d’être délicieux avec leur saveur sucrée et parfumée, ils contiennent très peu de calories. Par exemple, une portion de 125 ml de fraises offre seulement 25 calories.

Partager »
« Retour à la liste